ACHAT ET VENTE DE METAUX PRECIEUX

Du lingot aux bijoux

Un métal aussi malléable se prête mal aux travaux de bijouterie, de monnaies ou de produits dentaires. C'est pourquoi on le combine à d'autres métaux, afin d'améliorer sa dureté, sa résistance, son aptitude au polissage, et d'en réduire son prix.

L'or fin est le plus mou et le plus extensible de tous les métaux.

TECHNIQUE DE FABRICATION : La fonte à cire perdue

Le procédé utilisé de nos jours est celui de la fonte à la « cire perdue ». Trois avantages essentiels caractérisent cette méthode :

  • Fabrication par séries de pièces absolument identiques
  • Forme des pièces obtenue peut être très complexe
  • Obtention de bijoux massifs de bonne qualité

LA FABRICATION DE CHAÎNES

Le travail minutieux d’une machine perfectionnée consiste à sectionner un fil d’or, à le courber et à assembler jusqu’à 6 000 maillons de chaîne par heure. Ces machines, qui peuvent fonctionner pendant 24 heures, sont capables de fabriquer des chaînes forçats, gourmettes, queues de rats ou une multitude d’autres formes de chaînes. Mais lorsque le fil d’or devient plus gros, c’est la main exercée de l’artisan orfèvre qui courbe, scie et soude, un à un, les maillons de cette chaîne beaucoup plus lourde.

Aujourd'hui la quasi-totalité des bijoux distribués sont des bijoux standards, notamment sur catalogue, dans les chaînes de magasin et la grande distribution. Même les petites boutiques d'artisan bijoutier réalisent la plus grande partie de leur chiffre d'affaires, en revendant des produits standards déjà fabriqués en usine, qu'ils se contentent de retoucher (par exemple pour adapter une bague à la taille du doigt du client).

1. Un premier modèle de bijou est obtenu par fabrication artisanale en cire ou en métal.
2. Ce premier modèle est enrobé de fragments en caoutchouc, qui sont ensuite vulcanisés.
3. Le moule en caoutchouc ainsi obtenu est coupé pour en extraire le premier modèle.
4. Le moule est refermé et on y injecte de la cire fondue.
5. Les pièces en cire ainsi obtenues sont collées sur un petit tronc en cire, pour former les branches d’un « arbre de cire ».
6. L’arbre de cire est noyé dans du plâtre.
7. La cire est extraite par échauffement du plâtre dans un four.
8. Par force centrifuge, on injecte l’alliage d’or dans le moule du plâtre ainsi obtenu.
9. Le plâtre est finalement dissout pour en extraire les bijoux en or.
10. Enfin ces modèles coulés sont limés, martelés, polis, retouchés, assemblés, les pierres serties pour créer l'ouvrage final.

Bijouterie – horlogerie – joaillerie – pierres précieuses